PONTRIEUX, petite cité de caractère des Côtes d'Armor, possédait plusieurs lavoirs communaux, avant que la machine à laver ne fasse son apparition dans les maisons.

Mais cette commune bretonne, surnommée "la petit Venise du Trégor" abritait aussi un nombre impressionnant de lavoirs privés (50). Grâce à son port, la ville a connu la prospérité et les riches propriétaires possédant de grandes maisons bourgeoises sur les bords du Trieux avaient fait construire leurs propres lavoirs : leur beau linge ne devait pas être lavé aux lavoirs publics et pour éviter aussi que les lavandières ne divulgent leurs petites anecdotes familiales ...

Longtemps laissés à l'abandon, en 1991, création d'une association "nos lavoirs" qui a tout mis en oeuvre pour que ces derniers, du XVIIIème et XIXème siècle sortent de l'oubli.

De mai à septembre, une promenade en barque  d'une petite demi-heure au fil du Trieux, permet d'admirer les lavoirs restaurés et joliment  décorés par leurs propriétaires.

 

DSCN6735

DSCN6725

DSCN6729

DSCN6730

DSCN6737

DSCN6741

DSCN6744

DSCN6753

DSCN6754

 

DSCN6757

DSCN6759

DSCN7481

DSCN7482

DSCN7484

DSCN7485

DSCN7490

DSCN7491

DSCN7492

DSCN7493

DSCN7498

DSCN7499

DSCN7501

DSCN7508

DSCN7509

DSCN7512

DSCN7514

DSCN7536

 

DSCN7537

DSCN7538

DSCN7540

DSCN7543

DSCN7539

 

 

 

"Il y avait encore, contre le quai, un grand lavoir avec ses

charpentes verdies par l'eau, dans lequel on entendait

les rires et les coups de battoir des blanchisseuses"

 

Émile ZOLA (1876)